QRP




Pour une définition du QRP

L'idée d'utiliser des émetteurs radio de faible puissance apparut au lendemain de la Deuxième Guerre mondiale avec l'apparition sur le marché des surplus militaires de l'armée américaine d'appareils adaptables au tradic amateur comme les "Command Sets" (ARC5) de l'aviation.

En 1961 les membres du QRP Amateur Radio Club International QRP-ARCI définirent le QRP comme étant le fait d'utiliser une puissance d'émission inférieure à 100 watts HF.
Rappelons qu'en France, à la même époque, la puissance maximale autorisée était de 100 watts alimentation anodique (soit au mieux 70/75 watts HF). Les radioamateurs français ont fait très longtemps du QRP sans le savoir...


En 1979, les membres du QRP ARCI modifièrent leur règlement et limitèrent la puissance à 5 watts output en télégraphie et à 10 watts PEP output en BLU.


Dans le même temps, en Grande-Bretagne, le G-QRP club sous l'impulsion de son fondateur, G3RJV, le Révérend George Dobbs (photo ci-contre), défendait l'idée de faire de l'émission avec moins de 5 watts en utilisant un appareillage simple, de préférence construit par l'utilisateur.

Le G-QRP club devint rapidement un club international et, à travers sa revue trimestrielle Sprat, assura (et assure toujours) la promotion du QRP.


Le QRP permet à de nombreux radioamateurs de se lancer sur les ondes, même avec des moyens très modestes...



Faire du QRP c'est émettre avec au maximum 5 watts HF en télégraphie et 10 watts PEP en BLU
Faire du QRPP, c'est émettre avec une puissance inférieure à 1 watt HF.

Faire du QRP, est-ce bien sérieux ?

Quand on est habitué à trafiquer depuis des années avec des puissances dépassant 100 watts voire même 1 kilowatt, et que l'on sait les difficultés pour se faire entendre dans le moindre pile-up, il est tout-à-fait légitime de s'interroger sur l'intérêt de réduire volontairement sa puissance. Et pourtant...
Je pratique le QRP depuis 1996, j'ai contacté plus de 282 pays (confirmés) dans tous les continents. J'arrive parfaitement à me faire entendre, pas toujours au premier appel, c'est vrai, mais quel émotion d'établir une liaison avec une station des antipodes alors que l'aiguille du wattmètre reste bloquée sur 2 watts.
Quel challenge !!!

Comment est-ce possible ?

Pour que votre signal augmente d'un point (6dB) chez votre correspondant il faut multiplier votre puissance par... quatre !



Le tableau ci-dessus est explicite :
Si avec plus de 300 watts vous êtes reçu S9, en réduisant votre puissance à 5 watts (division par... 64) votre signal est de S6, donc parfaitement audible, si votre correspondant utilise un récepteur digne de ce nom.
A noter qu'avec 300 milliwatts vous êtes reçu S4 et S3 avec 75 milliwatts.

Matériel

Le transceiver

Au début, pour les premiers QSO, il suffit d'utiliser la station "normale" en réduisant la puissance. Sur la plupart des transceivers modernes il est possible, en effet, de régler facilement la puissance de sortie autour de 5 watts. J'ai fait des essais avec un TR4C, un TS 940 et un IC 781 sans problème. Mais il est quand même plus agréable de travailler avec un transceiver dédié à ce genre de trafic.

J'ai utilisé successivement :
- le QRP-plus d'Index Lab. dont le récepteur est très sensible et le filtre SCAF très efficace et
- le SG-2020 de SGC

Voir ces deux appareils en cliquant sur [QRP+ et 2020]


Par la suite j'ai eu la possibilité d'essayer plusieurs transceivers :



La station en août 2012.


L'antenne

Je trafique avec une antenne verticale construction OM à partir de matériel de surplus (brins MS-49, MS-50..., base MP48)[Verticale ] et avec une Lévy 2 x 8 m.

Clef télégraphique

Un double palette construit par I2RTF.

Wattmètre

J'utilise deux wattmètres dont la précision est largement suffisante pour l'usage amateur :
  • Le WM-2 (kit) de Oak Hills Research. Pour avoir des détails, cliquer sur OHR
  • Le WM-1 deluxe computing de Autek Research. Pour avoir des détails, cliquer sur WM1


Modes de trafic

Tous les modes sont utilisables, CW, BLU, numérique.


Personnellement j'ai privilégié la télégraphie en raison de sa simplicité d'utilisation et de sa très grande efficacité en toutes circonstances. J'ai réalisé quelques essais en BLU et parfois avec succès (Océanie), mais contre toute attente, la CW est devenue mon mode préféré

Je fais actuellement des essais en RTTY et PSK 31
avec le KX3 accompagné d'un Ham Central Terminal de QRPworks,
pour plus de détails cliquez ICI.



Fréquences QRP


Il existe un plan international et officiel de fréquences pour le trafic QRP, voir le tableau ci-contre.


Son grand intérêt est de permettre de retrouver très facilement les adeptes de ce mode de trafic. Ce dernier n'étant pas d'une densité extrême, il est possible de rester aux alentours immédiats de ces fréquences, pour faire des QSO 2xQRP.

On y rencontre souvent les stations DX (exemple JA6PA/qrp, FY/DJ0GD, 3B8CF,...).
Malheureusement, ces fréquences sont pratiquement inconnues des non-QRP qui démarrent parfois de façon brutale, intempestive, mais involontaire, pile sur la fréquence (599 + bcp de dB) au moment où vous allez faire votre premier JT1 sur 7,030.
Mais, après une bonne décharge d'adrénaline!, le plaisir est d'autant plus grand si vous réussissez à faire votre QSO.

A noter les fréquences spécifiques aux USA :
7,040 (CW) ; les novices (en CW) sur 3,710 ; 7,110 ; 21,110 ; 28,110.


Rappelons que les stations peuvent bien entendu trafiquer sur toutes les fréquences en respectant la répartition en fonction des modes de transmission.





Un de nos anciens, précurseur du QRP, Paul F3II


La station F3II en 1948


La station F3II en 1958


Concours, Challenges, Diplômes QRP

Grace l'initiative et sous la houlette de Laurent F8BBL......un challenge QRP pour :

  • promouvoir le trafic QRP en portable
  • utiliser du matériel « léger »
  • faire le plus grand nombre de kilomètres avec le minimum de watt,

    Pour le règlement, pour tous renseignements et pour s'inscrire, cliquer sur le lien ci-contre : ...... Challenge QRP

Mon trafic QRP

Le trafic QRP représente 100 % du trafic de la station et il est réalisé à 99 % en CW.
  • A ce jour plus de 15.000 QSO en CW avec 5 watts ou moins (y compris trafic depuis Mayotte).
  • Diplômes : Master QRP (G QRP club) / DXCC QRP (ARCI) 282 pays / WAC QRP / WAS QRP / 1000 Miles per Watt (ARCI)
  • Expédition 100 % QRP, 100 % CW, à Mayotte - TO8MZ - équipement K2, alimenté par batterie, antenne verticale, 1267 QSO 62 pays. Pour plus de détails cliquer sur TO8MZ Mayotte


Se documenter sur le mode QRP

Liens



    ..... QRP.fr, le site QRP francophone





    ..... QRP & SWL, un site de référence pour ceux qui construisent



Revues


  • Sprat
Sprat est la revue trimestrielle du G-QRP club.
Elle est exclusivement consacrée à la technique et à l'art du QRP.
Vous y trouverez des articles techniques de tous les niveaux, des kits, des trucs, des astuces et autres tours de main.

Réalisée sous la direction de George G3RJV par une équipe très dévouée d'OM. Elle est le reflet d'un esprit club étonnant et sympathique.





  • QRP Quaterly
Ce journal est édité par la plus importante association mondiale consacrée à l'activité QRP : QRP Amateur Radio Club International. Le rédacteur en chef actuel est Michael Goins, WB5YJX. QRP Quaterly est un trimestriel comprenant des articles techniques de qualité et couvrant l'ensemble de l'activité QRP : trafic, contests, vies des clubs (américains), etc...

Si vous voulez vous procurez un exemplaire, cliquez surQRP ARCI





Ouvrages


    Ils abondent aujourd'hui, je n'en citerai que trois, très différents les uns des autres, mais qui se complètent parfaitement. Indispensables dans la bibliothèque du QRPer.

  • Tout savoir sur le QRP

Richard "Rich" Arland, K7SZ (exK7YHA), est un ancien spécialiste des transmissions de l'US Air Force.
Il est l'auteur de nombreux articles dans le QST et sur le site web de l'ARRL.
Grand spécialiste du QRP, il présente dans son livre :
Low Power Communication, The Art and Science of QRP
tout ce qu'il faut savoir sur l'émission à petite puissance : définition, l'esprit du QRP, matériel à utiliser, les antennes, la propagation, l'énergie solaire, etc...



Bref! une vraie encyclopédie.



  • Construire sa station QRP

Faut-il vraiment présenter l'auteur M. F. "Doug" De Maw, W1FB ?
Licencié depuis 1950 (premier indicatif W8HHS), Doug était ingénieur en électronique. Aujourd'hui décédé, Doug travailla au Willow Run Research Center de l'Université du Michigan et au Ryan Aeronautical Research laboratories à San Diego. Il créa même sa propre entreprise de matériel radio pour l'aviation civile.
A l'ARRL il fut Editor/Lab Supervisor du Handbook à partir de 1968. En 1970 il devint "Technical Editor".
Coauteur du livre Solid State Design for the Radio Amateur, il écrivit plusieurs ouvrages de référence pour les OM.
Le W1FB's QRP Notebookest un véritable handbook du QRPer. Les montages sont simples et... surs, les explications claires et précises ; un vrai bonheur. C'est le livre de base pour le QRPer constructeur.



  • L'officiel de l'ARRL

Cet ouvrage est la somme, après une sélection rigoureuse, des meilleurs articles parus dans le QST, le QEX et le fameux ARRL Handbook for Radio Amateurs.
A lire en particulier l'article de Mitchell Lee, KB6FPW et Dennis Monticelli, AE6C, Revisiting the 40-40, où les auteurs décrivent de façon très détaillée et pédagogique la construction, de A à Z, d'un transceiver et de tous ses accessoires, y compris l'antenne. Une mine de renseignements pour celui qui veut concevoir et construire sa station.

















 
© 2002 f6blk.net - f4auo